Il y a 580 visiteurs en cet instant
Chercher un timbre
 

Timbre de 1995

Francis Jammes (1868-1938)

Image du timbre Francis Jammes (1868-1938)
Tous droits réservés

Dessiné par Michel Ciry
Gravé par Claude Jumelet
Mis en page par Charles Bridoux

Zoom sur le timbre
 
Les timbres de célébrités diverses
 
 
Les timbres relatifs à la Littérature et au Théâtre
 
 
Les timbres des Pyrénées-Atlantiques
 
 
Les timbres des Hautes-Pyrénées
 
◆ Les timbres de la région Nouvelle-Aquitaine
 
◆ Les timbres de la région Occitanie
 
 
Les timbres de l'année 1995
Voir les 3 timbres de décembre 1995
 
13 Lien vers le blog du quotidien Sud-Ouest «Hasparren» Une statue posée chez Francis Jammes
   
 
6 Lien vers le blog du quotidien Sud-Ouest «Hasparren» Le buste du poète au milieu du parc
Les timbres concernés par ce lien  
 
15 Lien vers la page Facebook de Mireille Newman Jammes, petite-fille de Francis Jammes
  Les timbres concernés par ce site
 
14 Lien vers «Wikipédia», l´encyclopédie libre, biographie, portrait et oeuvres de Francis Jammes
  Les timbres concernés par ce site
 
11 La plaque de la maison où vécut Francis Jammes à Bordeaux de 1880 à 1888
   
 
12 Lien vers le site «un jour un poème» biographie et poèmes de Francis Jammes
   
 
11 Lien vers le site de l'Association Francis Jammes»
   
 
Le timbre situé sur la carte de France
Vers le bas

Le timbre à date premier jour
Zoom : Cliquez sur l'image
Francis Jammes 1868-1938.

«Être simple pour être vrai.» Voilà le crédo du jammisme. Le jammisme,
une école ? Francis Jammes se riait des doctrines. «Il n'y a qu'une école, disait-il, celle où comme des enfants qui imitent, aussi exactement que possible, un beau modèle d'écriture. Les poètes copient avec conscience un joli oiseau, une fleur ou une jeune fille aux jambes charmantes et aux seins gracieux, je crois que cela suffit.» Cela a suffit à Francis Jammes pour figurer au panthéon des grands poètes du siècle.

Il est né à Tournay (Hautes-Pyrénées) le 2 décembre 1868 d'un père receveur des finances. Après une scolarité à Saint- Palais dans le pays basque, puis Pau et Bordeaux, il échoue au baccalauréat en1888. Il s'installe alors à Orthez où il va séjourner 33 ans. Il fait ses début dans la poésie avec la publication en 1891 chez un imprimeur Orthézien d'une mince plaquette contenant six sonnets. Une seconde suivra. La troisième, intitulée «Vers» sera décisive pour son avenir. Un peu plus étoffé que les précédentes, ce dernier recueil fut remis, par l'intermédiaire d'un ami, à Mallarmé, André Gide, et Henri de Régnier qui lui firent bon accueil. André Gide reconnaissait ainsi l'originalité et l'authenticité du poète:» Jammes rompait net avec les écoles et la tradition poétique. Son oeuvre est dans le prolongement de rien, elle part à neuf et du sol même !» Bientôt ses textes rafraîchissants figurent dans le «Mercure de France», la «Revue-Blanche et l'Ermitage».

Le poète fut officiellement consacré en 1898 avec la parution du livre «De l'angélus de l'aube à l'angélus du soir», son oeuvre la plus dense. «Rénovateur», il fit l'objet de vives controverses: les uns l'encensaient pour sa simplicité, les autres le critiquaient pour ... son simplisme. Il comptait parmi ses alliés Anna de Noailles, André Gide, Arthur Fontaine, François Mauriac, Colette et Paul Claudel avec lesquels il entretiendra une nombreuse correspondance.

On a pu comparer son oeuvre à un «gigantesque herbier». L'homme vouait une passion sans borne à la botanique, si bien que la nature se rencontre partout dans ses poèmes. «Toutes choses sont bonnes à décrire, lorsqu'elles sont naturelles, écrivait-il dans son manifeste de 1897. Ainsi, il célèbre la vie des champs: «les campagnes qui tressaillent comme les ventres des femmes enceintes» lui ont livré «l'obscure douceur des choses villageoises». Les animaux qui fourmillent dans son oeuvre exprimant tantôt la douleur, tantôt la gaieté, la nostalgie du passé; une oeuvre parfois teintée d'exotisme et surtout imprégnée de religiosité. Il échoue à 2 reprises à l'Académie Française (1920 et 1924) dont il reçut cependant le grand Prix de la littérature en 1917. Francis Jammes mourut le 1er novembre 1938 à Hasparren. Il reçoit en ce jour l'honneur d'entrer en philatélie.

Source: Collection philatélique de la poste.

Le timbre représente, inversée comme devant un miroir, l'église de Sainte Engrace en pays basque, mais j'ignore pourquoi Michel Ciry ou Claude Jumelet ont fait figurer cette église sur le timbre ...

Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale ET 
 ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots

L'église de Sainte Engrace en pays basque


Le timbre représente, inversée comme devant un miroir, l'église de Sainte Engrace en pays basque
Google

     
Ce site a été visité 32989154 fois - cette page a été visitée 3934 fois - précédente visite le 14/12/2019 à 10h 21mn
Mois de décembre 2019: 565 833 visites cumulées des pages pour 131 515 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...