Il y a 117 visiteurs en cet instant
 
Chercher un timbre
 

Timbre de 2017

Georges Guynemer 1894-1917

Tous droits réservés

Création graphique de Jame's Prunier
Mis en page par Bruno Ghiringhelli

Zoom sur le timbre
 
Les timbres de la Poste Aérienne
 
 
Les timbres de célébrités diverses
 
 
Les timbres de l'Eure
 
 
Les timbres du Nord
 
 
Les timbres de Paris
 
 
Les timbres des Hauts-de-Seine
 
◆ Les timbres de la région Normandie
 
◆ Les timbres de la région Hauts-de-France
 
◆ Les timbres de la région Île-de-France
 
 
Les timbres de l'année 2017
Voir les 47 timbres de septembre 2017
 
Le timbre de 1940
 
Le feuillet spécial de 2017
 
La minifeuille de 10 timbres
 
Les timbres relatifs à la première guerre mondiale - 1914-1918
 
Les timbres relatifs aux avions Morane-Saulnier
 
2 Lien vers «Wikipédia», l'encyclopédie libre. Biographie et portrait de Georges Guynemer
Les timbres concernés par ce lien Les timbres concernés par ce site
 
32 Lien vers le site «Chemins de mémoire», la page intitulée consacrée à Georges Guynemer.
Les timbres concernés par ce lien Les timbres concernés par ce site
 
5 Lien vers le site d'Albin Denis
L'escadille 26 des Cigognes dont firent partie Guynemer et Roland Garros
Les timbres concernés par ce lien  
 
Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale
ET   ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
Georges Marie Ludovic Jules Guynemer, né le 24 décembre 1894 à Paris 16ème et mort à l'âge de 23 ans le 11 septembre 1917 à Poelkapelle (Belgique), est l'un des pilotes de guerre français les plus renommés de la Première Guerre mondiale .
Capitaine dans l'aviation française, il remporta 54 victoires homologuées, plus une trentaine de victoires probables en combat aérien. Volant sur différents types de Morane-Saulnier, de Nieuport et de SPAD VII, SPAD XII canon et sur SPAD XIII sur lequel il fut abattu (S504), il connut succès et défaites (il fut abattu sept fois), affecté durant toute sa carrière à l'escadrille N.3, dite «escadrille des Cigognes», l'unité de chasse la plus victorieuse des ailes françaises en 1914-1918. Ses avions étaient habituellement peints en jaune et baptisés «Vieux Charles».
Dʹaprès Wikipédia 
Un peu dʹhistoire
Légende de l'aviation, Georges Guynemer est incontestablement l'«as» le plus célèbre de la Grande Guerre. Rien ne prédisposait pourtant ce jeune homme malingre à devenir une icône nationale. En 1914, il est ajourné par le conseil de révision : l'armée le trouve trop peu robuste pour supporter les fatigues d'une campagne militaire. Humilié, il parvient à se faire engager comme élève mécanicien à l'école d'aviation de Pau, en novembre 1914.

Le chef de l'école n'est pas enchanté : « qu'est-ce que vous voulez qu'on en fasse ! Enfin, il pourra toujours laver les avions de ses camarades ». Mais Guynemer veut voler et parvient à devenir pilote en janvier 1915. « Il y a une limite à toute chose, et il faut toujours la dépasser », répète-il. Après quelques missions de reconnaissances, il livre un combat aérien en juillet 1915 et abat son premier avion allemand. Affecté à l'escadrille des « cigognes », volant toujours sur des avions peints en jaune qu'il surnomme « Vieux-Charles », il se comporte en vieux trompe-la-mort : s'il accroche 53 victoires à son tableau de chasse, il est abattu à sept reprises mais parvient toujours à s'en sortir et à reprendre le combat.
La presse vante ses exploits et en fait un champion qui permet d'incarner l'aviation française, chevalerie des temps modernes. Sa disparition mystérieuse, le 11 septembre 1917, renforce encore sa légende : en s'écrasant sur le front de la Somme, dans un endroit battu par l'artillerie britannique, la carlingue de son appareil est pulvérisée. On ne retrouvera rien d'elle ni de la dépouille du capitaine Guynemer. Pour l'honorer une dernière fois, la Chambre des députés décide, en octobre 1917, d'apposer une plaque au Panthéon, saluant la mémoire de cet aviateur intrépide dont la devise, « Faire face », est devenue celle de l'École de l'air.
©Jean-Yves le Naour - La Poste
Dʹaprès le communiqué de presse de Phil@Poste 

En arrière plan le timbre représente le « Vieux-Charles », un Spad XIII de l'escadrille des cigognes.
Premier jour le Vendredi 8 septembre 2017 Oblitération illustrée 1er jour
● Le vendredi 8 septembre 2017, à l'Aéro-Club de France de 10h à 15h00, salon des membres de l'Aéro-Club, 6 rue Galilée, 75016 PARIS,
● Le samedi 9 septembre 2017 au Centre Jean Cocteau, de 10 h à 18 h, salle Jean Vilar, boulevard de l'Aurore, 59430 ST POL SUR MER,
● Les vendredi 8 et samedi 9 septembre 2017 :
● à l'Hôtel de Ville, de 10 h à 18 h, hall d'entrée, 15 rue Charles Duflos, 92270 BOIS COLOMBES,
● à la Mairie du Thuit, de 10 h à 17 h,27700 LE HUIT,
● à Paris au « Carré d'encre », de 10 h à 17 h, 13 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS.
Vente générale le Lundi 11 septembre 2017
Valeur faciale : 5,10 €
Affranchissement de la lettre 250g à 500g au départ de la France métropolitaine vers la France, Andorre et Monaco, au départ de la France métropolitaine vers les DOM et inversement, à l´intérieur des DOM.
Timbre horizontal   Dimensions totales 52x31 mm   Dentelure 13
Imprimé en procédé mixte taille douce/offset
Emis à 1 000 000 exemplaires

Le timbre à date premier jour
Zoom : Cliquez sur l'image

Cliquez pour zoomer

Google

     
Ce site a été visité 5342798 fois - cette page a été visitée 718 fois - précédente visite le 21/10/2017 à 13h 44mn
Mois de octobre 2017: 128 137 visites cumulées des pages pour 48 649 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...